Menu

Avocat en droit du travail à Clermont-Ferrand

Avocat en droit du travail exerçant à Clermont-Ferrand et sa région. J'assiste les employeurs comme les salariés dans leurs problématiques en droit social, aussi bien pour du conseil que du contentieux.
introduction

Qui suis-je?

J’ai prêté serment en décembre 2021 et j’exerce au barreau de Clermont Ferrand depuis le mois de janvier 2022. Titulaire d’un Master 2 en Droit social obtenu à l’Université de Clermont - Ferrand (droit du travail et droit de la sécurité sociale), j’ai tout naturellement fait le choix de dédier mon activité à ces matières que j’affectionne particulièrement.
Portrait Alice Alfroy Avocat

Droit social

J’ai bâti mon expérience professionnelle auprès d’avocats exerçant uniquement en droit du travail et en droit de la sécurité sociale au sein de cabinets Clermontois et Parisiens réputés.

J’ai également travaillé au sein de services juridiques en entreprises, afin de découvrir les enjeux auxquels sont confrontés les employeurs dans la mise en œuvre des dispositions légales du droit du travail .

Multilingue

Je suis par ailleurs titulaire d’une double licence en Droit et Langues Etrangères Appliquées. Si vous êtes anglophone ou hispanophone, je suis en mesure de vous recevoir afin d’échanger dans votre langue natale sur votre problématique.

Pourquoi faire appel à un avocat en droit du travail ?

Le droit du travail se complexifiant d’années en années, il devient de plus en plus hasardeux pour les employeurs comme pour les salariés de s’y aventurer seuls.
Un avocat en droit du travail dispose des connaissances et de l’expertise nécessaire pour faciliter, simplifier et accélérer toute procédure, qu’elle soit contentieuse ou amiable.
Un avocat en droit du travail peut aussi bien vous assister dans le cadre d’un conseil juridique, que dans le cadre d’une procédure contentieuse devant le Conseil de prud’hommes.
Il défend vos intérêts tout au long de la procédure à l’aide de ses connaissances juridiques mais constitue également un tiers à votre litige, qui vous permet d’avoir une vision objective de la situation.
Aussi, un avocat en droit du travail vous prodigue les meilleurs conseils pour que vous puissiez prendre les bonnes décisions afin d’éviter les situations litigieuses ou qui peuvent vous être défavorables.

Avec qui est-ce que je travaille ?

Je dédie mon activité en droit social aussi bien aux salariés qu’aux employeurs.

Les salariés

J'accompagne les salariés dans toutes leurs démarches légales et contentieuses avec leur entreprise.

Mes services peuvent aussi bien être du conseil comme une consultation écrite sur un point du droit ou bien de la réprésentation légale en cas de contentieux avec un employeur.

Les employeurs

J'aide les employeurs à se mettre en conformité avec le code de travail afin de ne pas commettre de fautes qu'ils pourraient regretter plus tard devant les prud'hommes.

Je peux fournir un conseil juridique précieux afin de vous épauler dans la gestion de votre entreprise, mais vous assister en cas de contentieux avec un ancien salarié.

Comment se déroule une collaboration avec moi ?

Etape 1: La consultation
A la suite de votre demande de contact, nous convenons d’un rendez vous au cabinet.
Un mail vous sera envoyé en amont de ce rendez-vous pour vous informer des documents qu’il conviendra de rapporter lors de ce rendez-vous.
Etape 2: Le rendez vous
Le premier rendez vous permet de :
Définir vos besoins ;
Récupérer les documents et les éléments de preuve le cas échéant ;
Vous informer sur la procédure qui va être mise en oeuvre ;
Vous informer sur les chances de succès de l’action que nous souhaitons intenter ;
Vous informer sur le montant des honoraires et leur règlement ;
Poser toutes vos questions !
Etape 3: La convention d’honoraires
A la suite de cette entrevue, je vous transmets une convention d’honoraires qu’il convient de signer.
Etape 4 : Rédaction de l’acte introductif d’instance
J’établis ensuite l’acte introductif d’instance que je vous envoie par mail afin de recueillir votre accord.
Il s’agit tout simplement d’un acte qui va retracer le contexte du litige, mentionner le droit applicable et l’appliquer aux faits de l’espèce afin de faire valoir nos arguments, et démontrer que nous sommes dans notre droit et/ou que nos droits ont été bafoués.
L’acte introductif d’instance peut prendre la forme d’une requête (pas de signification par huissier) ou d’une assignation (signification par huissier).
Etape 5 : Saisine de la juridiction
Une fois que j’ai été destinataire de votre accord, je saisis la juridiction.
Lorsque l’acte introductif d’instance est une requête, la saisine de la juridiction consiste à déposer l’acte auprès du greffe compétent.
Lorsque l’acte introductif est une assignation, il faut la signifier par acte d’huissier au destinataire. Une fois l’acte d’huissier récupéré, on utilise un logiciel d’avocats afin de déposer l’acte auprès du greffe compétent.
La saisine de la juridiction entraîne le début de la procédure contentieuse. En effet, à compter de la saisine de la juridiction, une première date d’audience nous est attribuée.
Etape 6 : La procédure
Ensuite, je vous tiens informé de l’évolution de la procédure par mail au fur et à mesure de la tenue des audiences et des échanges de conclusions entre avocats.

Les conclusions ont un formalisme similaire à la requête ou à l’assignation. Simplement, c’est le nom donné aux actes d’avocats en cours de procédure contentieuse.

Les conclusions sont donc plus complètes que la requête ou l’assignation, puisqu’elles répondent aux conclusions qui ont été prises par l’avocat de la partie adverse et comportent donc plus de jurisprudence et d'arguments, et peuvent être enrichies de nouvelles pièces.

La procédure vous sera détaillée lors du premier rendez-vous suivant la juridiction qui doit être saisie au regard de votre affaire.
Etape 7 : Le jugement de première instance
Lorsque l’affaire a été plaidée, la juridiction rend un jugement qui nous est favorable ou défavorable.
Si vous êtes satisfait du jugement rendu en première instance, on peut en demander l’exécution.
Si vous n’êtes pas satisfait de la décision, un appel du jugement rendu devant la Cour d’Appel est possible dans un délai d’un mois suivant la notification du jugement de première instance.

Avez-vous des questions?

Lisez la FAQ ou prenez rendez-vous pour une première consultation.
© Copyright 2024 - Alice Alfroy Avocat - Tous droits réservés
apartmentcamera-videousersmapmenuchevron-right linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram